11:05 - May 28, 2017
Code de l'info: 3463210
Le samedi 27 mai marque le début du ramadan pour les musulmans. Jusqu'au 25 juin prochain, ceux qui respectent le ramadan ne pourront pas manger, boire, fumer ou avoir des relations sexuelles de l'aube au coucher du soleil. Pourquoi ce mois est-il tout particulier pour les musulmans? Et, finalement, pourquoi jeûner? On fait le point.
Pourquoi le ramadan?
Un pilier de l'islam
A l'origine, le mot ramadan signifie le neuvième mois du calendrier musulman. C'est au cours de mois que le Coran a été révélé à Mahomet, lors de la fameuse "Nuit du destin". Par extension, il désigne désormais ce mois de jeûne auquel doivent se plier les fidèles.  
En effet, le ramadan est l'un des cinq piliers de l'islam avec la profession de foi ["j'atteste qu'il n'y a pas d'autre dieu qu'Allah et que Mahomet est son messager"], la prière, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque.

Le but du ramadan est de purifier le corps et l'esprit du fidèle et lui permettre de mieux comprendre le sort des plus pauvres. Selon la tradition, les personnes en bonne santé doivent jeûner. Des exceptions existent donc pour les enfants qui n'ont pas atteint la puberté, les femmes enceintes, les malades ou encore les personnes âgées. Et dans certains cas, le jeûne peut ainsi être reporté à une période ultérieure. 

Le don aux nécessiteux
Affamer son corps permet également au fidèle de prendre conscience que les besoins les plus essentiels sont spirituels. Lors du ramadan, les fidèles sont ainsi invités à se (re)plonger dans le Coran et consacrer plus de temps qu'habituellement à la méditation et la prière. Ainsi, pendant le mois du ramadan, des moments importants de l'histoire de l'islam - comme la "Nuit du destin" sont commémorés.

Par ailleurs, au delà du jeûne et de l'aspect spirituel, le fidèle doit adopter une attitude exemplaire en évitant les médisances, les conflits et surtout, en appliquant l'aumône. Le mois du ramadan est donc une période d'intense générosité. Via des levées de fonds organisées dans les mosquées ou à travers l'aide directe de proches, le don aux nécessiteux est une obligation pour ceux qui n'ont pas de difficultés financières. 

Un moment de communion 
Le ramadan ne rime cependant pas qu'avec devoirs. Il est aussi un moment de fête et de communion pour ceux qui le respectent. A la rupture du jeûne, on se retrouve chaque soir en famille et entre amis. Et la fin du jeûne - l'Aïd el-Fitr - est grandement fêtée.

La date du début comme de la fin du ramadan change chaque année. Le calendrier musulman était un calendrier lunaire, il compte donc une dizaine de jours de moins. Résultat: la date du ramadan se décale progressivement. Depuis plusieurs années, il se déroule lors de la période estivale et les pratiquants doivent parfois faire face à des chaleurs importantes sans une goutte d'eau.

Ces privations n'effraient toutefois pas la grande majorité des musulmans de Belgique. Selon l'enquête de Corinne Torrekens et Ilke Adam sur les Belgo-Marocains et les Belgo-Turcs datant de 2015 - et citée par Le Soir, 88% des Belgos-Marocains et 66% des Belgo-Tucs font le ramadan. La pratique est donc très répandue, même parmi ceux qui ont abandonné toute autre pratique active de l'islam. 
rtbf

Prénom:
Email:
* Commentaire: