8:45 - October 07, 2017
Code de l'info: 3464243
Le chef des affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock a jugé vendredi «inacceptable» le manque d'accès des humanitaires dans l'Etat de l'Arakan en Birmanie, d'où plus d'un demi-million de réfugiés Rohingyas ont fui les violences depuis fin août.
Rohingyas : les humanitaires privés d’accès à Arakan
En un peu plus de six semaines, le Bangladesh a accueilli au total 515 000 réfugiésRohingyas en provenance de Birmanie. Et selon l'OIM, l'Organisation internationale pour les migrations, environ 2 000 réfugiés continent à arriver chaque jour dans les camps du sud du Bangladesh déjà au bord de l'asphyxie. Pour le chef des affaires humanitaires de l'ONU Mark Lowcock, il est urgent d'ouvrir un accès sans entraves à l'Arakan.

« C'est inacceptable que l'accès à l'Arakan en particulier dans le nord soit aussi limité. Il n'y a qu'un petit nombre de personnel international sur place, mais ils sont dans l'incapacité de faire leur travail comme ils le devraient. Nous réitérons notre appel aux autorités birmanes de faire en sorte que les humanitaires, et pas seulement les agences de l'ONU puissent travailler dans des conditions normales. »

Le coordinateur des secours d'urgence a également déclaré que l'ONU s'attendait à la poursuite de cet exode en provenance de Birmanie où vivent encore des centaines de milliers de Rohingyas. Les autorités birmanes ont totalement fermé l'accès dans le nord de l'Arakan depuis le 25 août, date à laquelle des combattants Rohingyas ont attaqué une vingtaine de postes-frontière, déclenchant une violente riposte de l'armée.
rfi

Prénom:
Email:
* Commentaire: