13:47 - December 17, 2017
Code de l'info: 3464914
Assis sur un fauteuil dans le camp de réfugiés palestiniens d' Al-Shati dans l'ouest de la Bande de Gaza, les yeux en larmes, Nayef Abu Thuraya (50 ans), pleurait chaudement son fils, Ibrahim, tombé en martyr vendredi dans des affrontements avec l'armée israélienne à la frontière entre Gaza et Israël.

Abu Thuraya, mort en martyr pour la Palestine
"Ibrahim (29 ans) a voulu mourir en martyr pour la Palestine. Son souhait a été exaucé, Dieu merci", a indiqué le père endeuillé après le décès de son fils.


"Il avait perdu ses jambes quelques années auparavant après avoir été la cible des forces israéliennes, mais il se souciait peu des balles réelles et du gaz lacrymogène que l'armée de l'occupation a utilisés pour s'attaquer aux centaines de manifestants près de la frontière entre Gaza et Israël. Mourir en martyr par amour pour la Palestine et que Jérusalem demeure la capitale palestinienne est tout ce qu'il voulait", a-t-il ajouté.


"Nous attendons demain avec impatience pour célébrer les funérailles du martyr Ibrahim. Il sera conduit à sa dernière demeure tel un nouvel époux", a assuré le père affligé dans une interview accordée au correspondant d'Anadolu.


Contemplant, sur son portable, la photo de son fils, il a poursuivi : "Tes jambes se sont envolées au paradis avant toi et aujourd'hui voilà que ton rêve se réalise. Ibrahim! Après tant d'attente, te voilà mort en martyr pour la Palestine et Jérusalem!".


"Allah me suffit, il est mon meilleur garant! Mon fils, privé de l'usage de ses jambes, a été tué par Israël... C'est douloureux... C'est dur...", a-t-il regretté.


"Ibrahim et la Palestine, c'est une grande histoire. Jérusalem était son seul souci. Il n'a jamais abandonné sa cause et tout ce qui touche à son pays. Dès qu'il a entendu parler de la décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, il s'est dressé et est sorti participer, pacifiquement, aux manifestations", a souligné le père d'Ibrahim.


Selon des témoins oculaires, Abu Thuraya n'a jamais considéré la perte de ses jambes comme obstacle. En dépit de son handicap, il a continué, avec détermination, à se rendre quotidiennement à la frontière orientale du quartier de Chajaya dans l'est de Gaza, en soutien à la ville de Jérusalem.


"Malgré la blessure causée par un bombardement israélien en 2008, il n'a jamais renoncé et a continué à répondre présent à chaque marche pour soutenir Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa", a affirmé le père du martyr.


"Le martyr espérait se marier et vivre une vie décente comme tout autre jeune homme, mais son handicap l'en empêchait", a-t-il confié avant de noter que l'état financier d'Ibrahim était déplorable et que le défunt travaillait comme laveur de voitures dans l'un des carrefours de la ville de Gaza.


Le père du martyr a rappelé, également, qu'Ibrahim considérait insignifiante la décision du président Trump et assurait que "Jérusalem était la capitale éternelle de la Palestine".

Le correspondant d'Anadolu a rapporté que le martyr Abu Thuraya a été amputé de ses jambes après avoir été la cible d'une attaque israélienne sur le camp de Bureij en 2008.


Des témoins oculaires qui étaient en compagnie du défunt au moment de son décès ont révélé que le martyr avait été tué d'une balle dans la tête dans des affrontements qui ont éclaté à la frontière entre Israël et la Bande de Gaza.


"Je me trouve sur la frontière pour adresser un message à l'armée israélienne. Cette terre est la nôtre !", a acclamé le martyr dans une vidéo diffusée sur ses comptes de réseaux sociaux lors de sa participation à des manifestations près de la frontière de la Bande de Gaza avec Israël il y a de ça quelques jours.


"Nous ne cèderons pas à la décision du président américain et nous continuerons à protester à la frontière", a-t-il clamé dans la même vidéo.


Vendredi soir, Asfraf al-Qodra, le porte-parole du ministère la Santé dans la Bande de Gaza, a déclaré, dans un communiqué, que "le Palestinien, Ibrahim Abu Thuraya, est tombé en martyr après avoir été touché par une balle à la tête tirée par l'armée israélienne, à la frontière orientale de la ville de Gaza". 

 trt

Prénom:
Email:
* Commentaire: