10:12 - February 28, 2018
Code de l'info: 3465595
Comme à l’époque de l’Union soviétique, le gouvernement d’Ouzbékistan continue d’exercer un contrôle total sur les activités religieuses des habitants de ce pays.

اسلام در ازبکستان از نظرگاه سیاسی و اجتماعی / در حال تکمیل

A l’époque du président Islam Karimov, deux tendances islamiques pro et anti gouvernementales existaient, et depuis l’indépendance en 1991, ce pays a été souvent critiqué pour le manque de respect des libertés religieuses. 

Le gouvernement estime que l’islam qui a des dimensions sociales, doit être contrôlé et pour cela, a créé des organisations et des lois qui facilitent ce contrôle, encouragé un islam favorable au régime et réprimé les opposants musulmans. 

Cette situation est celle de tous les pays qui ont eu leur indépendance après la chute de l’URSS.  

L’article 18 de la Constitution ouzbèke reconnait les libertés religieuses et d’expression, mais dans le cadre d’un gouvernement laïc qui interdit tout parti politique religieux. 

En Ouzbékistan, les affaires religieuses sont dirigées par le Conseil des fatwas qui assure au gouvernement le contrôle des mosquées et des centres religieux. Le gouvernement décide de ce qui sera dit dans les prêches de la prière du vendredi, et les religieux qui ne respectent pas ce principe risquent d’être démis de leurs fonctions. 

Ces dernières années, le wahhabisme et l’extrémisme se sont développés en Ouzbékistan, spécialement dans la Province de Ferghana située près du Tadjikistan et en relation étroite avec les groupes extrémistes qui sévissent en Afghanistan. 


Une raison de cette montée de l’extrémisme peut être l’absence de libertés religieuses et la répression qui sévit dans ce pays.   
3694893  

Prénom:
Email:
* Commentaire: