9:44 - July 07, 2019
Code de l'info: 3469959
La nécessité de la création d’un marché commun du monde musulman dans les lieux saints de l’islam a été souligné dans une réunion en Inde.

Lors d’une réunion scientifique sur "La philosophie du Hadj et la résolution des problèmes de l’umma" organisée par le représentant du guide suprême à Dehli, les participants, professeurs, journalistes, érudits chiites et sunnites, et deux membres du Conseil central du Bureau du Hadj en Inde, ont souligné la nécessité de lancer un marché commun du monde islamique dans les Saints Sanctuaires.


L’Hodjat-ol-islam Mahdi Mahdavipour, représentant du Guide suprême en Inde, était le premier orateur de la réunion et a exprimé les dimensions religieuses, sociales et politiques du Hadj.


Mokaram Ahmad, mufti et imam de la prière du vendredi de Delhi, a évoqué les problèmes des pèlerins lors du pèlerinage, et a appelé les pays islamiques à fournir aux pèlerins les meilleures installations pour les cérémonies du grand et du petit pèlerinage.


Il a ajouté que le gouvernement saoudien utilisait les services de sécurité américains et israéliens, et qu’il fallait faire pression sur l'autocratie saoudienne pour que tous les pays islamiques jouent leur rôle dans le Hadj qui est la meilleure occasion pour l’ummah de dénoncer la tyrannie de certains régimes et l'oppression que subissent les musulmans dans le monde.


Akhtar al-Wassi, président de l'Université Molana de Jodapur dans la région du Rajasthan en Inde, et professeur d'études islamiques, a déclaré : « Tous les aspects du rituel du Hajj ont un aspect politique et social, et préparent les musulmans à la lutte contre l'oppression et la corruption. Le droit ne peut jamais se concilier avec le mensonge, et la République islamique d’Iran est le vrai défenseur du peuple palestinien opprimé depuis 40 ans. Pendant la période du Hadj, les dirigeants politiques et religieux musulmans devraient organiser une réunion de consultation à La Mecque et apporter des solutions aux problèmes du monde de l’islam. Il a également loué la patience du Guide suprême et insisté sur le fait que les musulmans devraient mieux utiliser les possibilités du Hadj.


Mohammad Khan, professeur d’études islamiques à l’Université nationale islamique de Delhi, a également insisté sur la nécessité d’utiliser les expériences des pays islamiques et des musulmans dans les cérémonies du Hadj.


L’Hodjat-ol-islam Momtaz Ali, imam de la prière du vendredi et des chiites de Delhi, a déclaré qu’un Hadj Ebrahimi pouvait régler tous les problèmes des musulmans dans le monde.


Gholam Yahya Anjam, professeur d'études islamiques à l'Université Hamdard de Dehli, a déclaré : « Tous les musulmans du monde ont le devoir de reconstruire les mausolées des Ahl-ul-Bayt (as) et des compagnons du prophète (as), détruits par le régime saoudien. Ces sanctuaires sont des héritages du monde musulman et les deux villes sacrées doivent être gérées par les musulmans du monde et dans le cadre d’une organisation internationale.


Mohammad Erfan Ahmad, membre du Comité indien du Hadj qui gère le Hajj dans ce pays, a déclaré que le gouvernement saoudien augmentait régulièrement le coût du Hadj et créait des difficultés pour les musulmans, dans l'accomplissement de cette obligation islamique.


Hassan Bagher Kazemi Shahin, un autre membre du Comité indien du Hadj, a critiqué la décision du gouvernement saoudien d’augmenter le coût des pèlerinages, et déclaré que 200 000 musulmans indiens effectueraient le pèlerinage cette année.


Molana Edjaz Arafi Ghasemi, érudit sunnite de Delhi, a déclaré : "Les relations entre le gouvernement saoudien et le régime sioniste, montrent que ce gouvernement ne mérite pas d'administrer les lieux saints qui sont l'héritage du monde islamique et doivent être gérés par tous les musulmans du monde.


Mohammad Ahmad Na'imi, professeur d’études islamiques à l’Université Hamdard de Dehli, a souligné le rôle des cérémonies du Hadj dans l’instauration de l’unité des musulmans, ajoutant que le Hadj était l’occasion de rassembler les musulmans du monde entier.


Mohammad Arshad, professeur d’études islamiques à l’Université nationale islamique de Dehli, a demandé la création d’un marché commun islamique dans les sanctuaires sacrés, pour acheter et consommer des produits fabriqués par les musulmans.


Khaled Khan, professeur d'études islamiques à l'Université nationale islamique de Dehli, a également présenté le rôle du rituel du Hadj dans la création d'une alliance entre les musulmans du monde.


Seyed Momtaz Alem Razavi, rédacteur en chef du journal urdu "Révolution" publié à Dehli, a également souligné les dimensions politiques du Hadj et déclaré que le Hadj permettait aux musulmans de se soulever contre l'oppression et l'injustice dans le monde.
3824669

Prénom:
Email:
* Commentaire: